Un ScanSnap pour se libérer du papier

L’informatique a fait beaucoup en matière d’archivage des dossiers patients et en gain de place au cabinet : fini les classeurs pleins à craquer de fiches patients, fini les fiches non trouvées ou remplies au compte-goutte pour économiser l’espace ! Tout se retrouve désormais dans les logiciels de gestion de dossier patient (EMR).

Pourtant il reste encore du papier à brasser : résultats d’examens, compte-rendus d’hospitalisation, etc. Bien entendu, on peut les recopier dans le dossier électronique et laisser l’original au patient… Mais c’est parfois long ! Et le temps nous est compté !

Fujitsu ScanSnap S1300 - Capot fermé Il existe aujourd’hui des appareils qui scannent les documents à la volée, les analysent éventuellement (OCR) et les stockent directement sur votre ordinateur. Cet article en détaille un particulièrement, le Fujitsu ScanSnap S1300, et sa mise en fonction sous GNU/Linux.

Fujitsu ScanSnap S1300 - Capot ouvert Ce scanner mesure : 772x84x99mm pour 1,4kg et se trouve sur internet pour un peu moins de 300€. Il a l’avantage d’être peu encombrant bien qu’il ait moins de fonctionnalités que ses grands frères (S1500, etc). En déplacement, il peut n’être alimenté que par le port USB sinon il possède également une alimentation secteur.

Il supporte la numérisation recto-verso et c’est le point principal qui m’intéressait pour ne pas perdre inutilement du temps. Sa banette ne peut contenir que 10 pages mais ça ne devrait pas être une limitation majeure dans notre utilisation quotidienne.

Installation (Debian Testing)

Pour utiliser un scanner sous linux, il faut utiliser la bibliothèque Sane :

# aptitude install libsane

Vérifions que Sane reconnaît bien notre scanner :

$ sane-find-scanner 
[...]
found USB scanner (vendor=0x04c5 [FUJITSU], product=0x11ed [ScanSnap S1300]) at libusb:001:004
[...]

Le ScanSnap S1300 dépend du même pilote que le S300, EpJitsu, au contraire d’autres scanners Fujitsu comme le S1500 qui dépendent du pilote Fujitsu. On trouve les fichiers de configuration de ces pilotes dans /etc/sane.d/ :

$ cat /etc/sane.d/epjitsu.conf
[...]
# Fujitsu S1300
firmware /usr/share/sane/epjitsu/1300_0C26.nal
usb 0x04c5 0x11ed

Comme on le voit ici (et c’est expliqué plus haut dans le fichier), il y a besoin du firmware du scanner pour fonctionner, un fichier .nal. Ce fichier, il va falloir le récupérer à partir des fichiers d’installation du scanner pour Ms Windows ou Apple MacOsX. Pour vous simplifier la tâche, il est joint à cet article : 1300_0C26.nal.

Il ne reste plus qu’à le copier à sa place :

# mkdir /usr/share/sane/epjitsu
# cp 1300_0C26.nal /usr/share/sane/epjitsu/

Le scanner devrait alors être correctement reconnu :

$ scanimage -L
device `epjitsu:libusb:001:004' is a FUJITSU ScanSnap S1300 scanner

Utilisation basique avec SimpleScan

SimpleScan est le logiciel du projet Gnome qui a pour but de permettre l’acquisition d’image le plus simplement possible. Il est par ailleurs souvent installé par défaut dans les distributions desktop telle qu‘Ubuntu.

121230_SimpleScan_1.png Pour l’installer :

# aptitude install simple-scan

Comme son nom l’indique, l’application est simple d’utilisation. Les Préférences détectent seules le matériel à utiliser (si ce n’est pas le cas chez vous, revenez aux étapes précédentes) et sont assez intuitives. 300PP pour le texte et 600PP pour la photo sont de bonnes valeurs de résolution.

Il suffit ensuite de choisir entre la numérisation d’un Texte, d’une Photo en Page unique ou plusieurs pages d’un coup. L’acquisition se fait toute seule. Vous pouvez ensuite faire pivoter les images, réduire la zone numérisée, ajouter d’autres pages et finalement enregistrer le document final au format (PDF).

Conclusion

Après avoir un peu configuré son environnement, on arrive donc très bien à utiliser ces scanners à défilement sous GNU/Linux.

On pourra néanmoins regretter l’absence d’utilisation du bouton de numérisation du scanner (bien qu’il semble pris en charge par le driver epjitsu), qui, avec les logiciels de Fujitsu, devrait permettre (je n’ai pas moi même testé) de faire l’acquisition de tous les documents dans la banette, leur reconnaissance textuelle et leur sauvegarde au format PDF d’une seule pression. Il n’est pas exclu que j’essaie un jour de coder un petit script en ce sens.

De même je n’ai pas traité ici la reconnaissance des caractères (OCR) qui pourrait faire l’objet d’un article à elle seule.

Annexes

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.medlibre.fr/index.php/trackback/104

Fil des commentaires de ce billet